Les artisans personnalisent la maison en bois

Programme de formation et méthode de construction, Maison Bois Outil Concept joue la carte des artisans. Déjà plus de 300 bâtisseurs comme Jean-Luc Dupé et Yves Goisnard répondent, avec le bois, aux aspirations nouvelles des clients.

En matière de maison bois la demande se développe plus vite que l’offre

mbocIl y a longtemps que le diagnostic a été posé.  » Nous manquons de professionnels spécialistes de la maison bois « , argumentait le CNDB en lançant, fin 2001, la formation Maison Bois Outils Concept.

Deux ans plus tard, la formation connaît un vif succès.  » Nous en sommes à plus de 340 stagiaires provenant d’environ 300 entreprises « , comptabilise Michel Perrin, chargé du développement MBOC au CNDB. Certes, le vide est encore loin d’être comblé, face aux dizaines de milliers d’entreprises de maçonnerie qui construisent chaque année environ 150 000 maisons individuelles. Le démarrage est toutefois plus qu’encourageant. À ce rythme là, le pari de la filière-bois pourrait bien se révéler payant. Surtout si tous les stagiaires partagent le même enthousiasme et la même efficacité que Jean-Luc Dupé et Yves Goisnard.
 » J’entame ma 8 ème maison « , prévient le premier, charpentier en Loire-Atlantique.  » Les clients ne nous ont même pas laissé le temps de construire notre propre atelier « , feint de regretter Yves Goisnard… La demande est manifestement là. Elle se montrerait même parfois impatiente…
 » Le bouche-à-oreille nous suffit pour trouver nos premiers clients « , remarque Yves Goisnard.  » Tous mes clients me contactent grâce à notre site internet « , constate Jean-Luc Dupé confirmant que l’internet booste le bois (cf dossier ).

Maison-bois une opportunité professionnelle

Les deux nouveaux bâtisseurs de maison à ossature bois sont rapidement passés de la théorie à la pratique. C’est qu’ils n’avaient d’ailleurs pas le choix.

 » J’ai 39 ans et je suis dans le bois depuis l’âge de 14 ans « , indique Jean-Luc Dupé. Yves Goisnard a 52 ans et est déjà, avec son frère, à la tête d’une PME de mobilier.  » Nous créons une nouvelle société pour l’activité maison bois « . La maison-bois c’est un peu une nouvelle carrière qui s’offre aux professionnels. Pour Yves Goisnard, ce pourrait même être le moyen d’assurer l’avenir de ses enfants qui, partis dans le BTP ou l’électronique, pourraient bien poursuivre l’aventure avec le bois.
 » Avec la méthode MBOC, la construction bois est à la portée de tout bon pro du bois « , note le menuisier qui goûte le sérieux de la méthode. Jean-Luc Dupé apprécie la rationalisation des solutions techniques que le système MBOC propose.  » Avec seulement quatre sections de bois, les calculs sont grandement facilités « , confirme Yves Goisnard qui attend avec impatience que les scieurs landais proposent  » ces sections en pin des Landes qui pourraient parfaitement faire l’affaire « .

Pour allier rationalisation et personnalisation

Tout en simplifiant la phase de calcul technique, la méthode MBOC laisse l’artisan entièrement libre de la création.  » Les clients de maisons bois ont des idées très marquées : ils ne veulent pas avoir la même maison que les autres « , constate Jean-Luc Dupé.  » Ma clientèle n’est pas forcément plus fortunée que d’autres. Ce sont souvent des personnes travaillant dans l’éducation ou l’enseignement. Mais c’est une clientèle avertie et très bien informée qui a toujours des exigences particulières  »
Bref, même rationalisée la maison bois a toujours besoin d’être taillée sur mesure.
Le bois et les techniques de l’ossature bois paraissent idéalement placés pour répondre à cette demande de personnalisation de la clientèle. Si la maison de base est légèrement moins chère en béton, l’originalité et la qualité est, selon une étude de marché de Caron MARKETING, deux fois moins coûteuse en bois…

Un matériau très adaptable

Le bois répond donc parfaitement à l’évolution des consommateurs qui se traduit de plus en plus par le refus des offres anonymes et standardisées. Les nouveaux propriétaires veulent que l’on conçoive une maison pour eux.

Pas forcément autour de leurs rêves, mais autour de leurs besoins. Ils veulent que leur maison leur ressemble et qu’elle leur réponde.  » J’écoute les clients et je dessine moi-même les maisons « , explique le bâtisseur nantais. Le système de la construction maison bois est parfaitement adapté.
Mais ce qui fait la force du matériau et du principe de constructif pourrait bien paradoxalement être le maillon faible des bâtisseurs de maison individuelle.  » Les gens sont assez impatients, il faut leur faire une proposition de plan et un budget dans les 10 jours. Je n’ai malheureusement pas le temps de répondre à toutes les demandes « , constate Jean-Luc Dupé qui considère que c’est aujourd’hui le facteur limitant du développement de son activité…  » Nous allons avoir du mal à aller au-delà de 3 à 4 maisons par an « , constate-t-il.
Autant dire qu’il y a encore de la place pour les nouveaux bâtisseurs.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*